Présentation

  • : La Grotte de La Squaw
  • La Grotte de La Squaw
  • : La Grotte de la Squaw est un lieu ludo-culturel où l'Heyoka entreposera moults sujets, idées ou réflexions au grè de ses envies... Qu'est-ce qu'un Heyoka me demanderez-vous ? Eh bien c'est un sioux et non un prénom japonais. Le Clown Sacré (et non sacré clown) ou Contraire est un shaman altruiste qui fait tout à l'envers... Bienvenue, et surtout n'hésitez pas à lire les commentaires (qui complètent les articles), à participer aux conversations voire à vous abonner !
  • Contact

Translate this blog

Google-Translate-French to English Google-Translate-French to German Google-Translate-French to Italian Google-Translate-French to Spanish
Google-Translate-French to Japanese Google-Translate-French to Korean Google-Translate-French to Russian Google-Translate-French to Chinese (Simplified)


Rechercher

Hôtels & Restaurants insolites




Lieux insolites en France et dans le monde entier à découvrir, pour rêver et voyager...

Hôtels & Restaurants insolites 

Archives

Le S-G en Folie



Vous avez aimé ma catégorie SG Fous, vous aimerez ma communauté Le Soutien-Gorge en Folie...

Dernier boudoir où il faut aller pour lire et être lu ! 

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 08:05
Le-CyKlop-art-urbain.jpgDe gros yeux uniques, naifs et colorés, désormais scrutent la ville et ses humains ; Street Art (Angers, Berlin, Bruxelles et Lyon) ou Rural Art (Montbard, Semur-en-Auxois,  Avallon, Château de Chevigny / Crane), ces "monstres de la rue" ludiques décorent avec humour des potelets anti-stationnements. 
 
Puisque les trottoirs de la ville deviennent un nouveau territoire artistique à explorer, une école primaire de Saint-Maur a même été mise à contribution pour décorer en collaboration avec Cyklop une centaine de poteaux de la rue du Morvan et de la rue Saint-Maur, à Paris dans le 11ème arrondissement.
 
L’Art urbain  est aujourd’hui un mouvement culturel à la mode et reconnu à part entière. Pochoirs, bombes, peinture et pinceaux investissent toutes sortes de murs : les décrépits, les palissades de chantier, les pignons d’immeubles, ou encore le mobilier urbain. Ces oeuvres s’accompagnent d’un travail en amont en atelier, qu'il soit officiellement accepté par les mairies ou pas. 
 
J'avoue avoir un faible pour ces "mono-oeil" bigarrés qui s'inspirent de l'art populaire (manga, toys, etc.) tout en faisant un clin d'oeil aux créatures fantastiques de la mythologie grecque, ils sont bien plus sympathiques que Big Brother !

À lire :
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:54

MissTic-timbre-jour-de-la-femme.jpgLa célèbre pochoiriste a désormais sa Miss Tic en effigie postale ; comme quoi on peut être Street artist et concurrencer Marianne !


La Poste a fêté, cette année, la Journée de la Femme en s’associant à la plasticienne comme elle l'avait fait les années précédentes avec Titouan Lamazou et autres artistes contemporains ; le résultat est un carnet de 12 timbres ornés des fameuses femmes légendées d'épigrammes poético-provocateurs. 

 

Vite une bombe que j'aille tagger l'immeuble d'en face, c'est que la Squaw a de l'ambition ! 

 

 

À lire absolument : Miss Tic fait parler les murs

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 08:30

Spermatozoides-paris-20eme.jpgAprès les Spaces Invaders, les araignées, et autre Street Art, voici les nouveaux envahisseurs de la capitale. 

 

Ces graffitis infiltrent avec humour et poésie quelques coins et recoins du XXème arrondissement, mais possiblement qu'ils seront plus téméraires pour visiter d'autres quartiers, voire d'autres villes.

 

Les gamètes sont de sortie, attention ils risquent de faire des petits !

 

Si quelqu'un connaît le nom de cet artiste de rue, je suis preneuse.

 


Dans le même esprit, à découvrir :

Le reverse graffiti ou le graffiti écolo

M. Chat, celui qui sourit dans le gris de la ville

Miss Tic fait parler les murs

Roadworth, artiste urbain

Bansky, graffiteur enragé

L'art de rue en trompe-l'oeil

Le lego urbain

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 08:27

illusion-code-de-la-route.png...ou quand le street art devient signalétique.   

 

Le BCAA Traffic Safety Foundation et le District of West Vancouvert au Canada se sont associés pour lancer une campagne de sensibilisation face aux risques liés à la route.

 

Ainsi, l'école élémentaire Pauline Johnson à Vancouver utilise une image peinte à même la chaussée pour sensibiliser les conducteurs à une conduite sécuritaire aux abords de l'établissement.  Un panneau les prévient, il ne s'agit, tout de même, pas de les faire paniquer et qu'ils perdent leur vigilance sur la route.  Le "vous ne vous attendez probablement pas à voir un enfant débouler sur la rue" est juste sensé mettre leurs sens en éveil. 

 

L'automobiliste instinctivement ralenti en passant sur cette illusion sécuritaire de 30 mètres de long, d'une image de petite fille poursuivant son ballon.  Ce code de la route artistique sera appliqué à d'autres points névralgiques de la chaussée dans la région.

 

J'avoue que l'idée d'attirer l'attention du conducteur me séduit, mais j'avoue abhorrer l'idée de "renverser" un être même virtuellement à cause de l'effet blasement induit, à moins que ce soit une représentation de...

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 04:30

reverse-graffiti.jpg

...un peu de poésie dans ce monde de brutes.

 

Ce genre de graffiti inversé n'est pas pollueur, bien au contraire, puisque cette méthode nettoie les murs.   Ces graphes se dessinent soit avec les doigts, soit avec des nettoyeurs industriels avec ou sans pochoirs sur des murs salis par la pollution environnante laissant des graffitis en négatif, comme sur nos pellicules argentiques.

 

Dans nos villes grises et polluée, il y a matière à s'exprimer sans dégrader.

 

Ce mode d'expression artistique devrait être enseigné à l'école, sans doute que les jeunes de demain continueraient à laisser libre court à leur créativité, mais sans plus rien vandaliser, pour le plus grand bonheur de tout le monde.  Et les râleurs n'auront qu'à entièrement nettoyer leur murs.

 

Karchérisons nos cités avec poésie, ça changera ! 

 

  

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 05:30

M.-Chat.jpgSouvent j'ai rencontré, via le métro aérien, au détour d'un toit parisien, ce  sympathique chat orange au sourire énigmatique.  Il pourrait être le digne héritier de Garfield et du chat d'Alice au Pays des Merveilles.

 

Monsieur Chat est une création graphique urbaine d'un artiste franco-suisse (on a échappé à la vache mauve qui rit !) nommé Thomas Vuille.  Sa première scène fut Orléans en 1997 puis il arriva en triomphe à Paris en 2000 pour ensuite conquérir le monde en 2003, en effet il s'est exporté à New-York, Hong Kong, Macao, Seoul, Hué, Dakar, sacrée tournée pour un petit graphe en acrylique !

 

En mars 2007, Thomas, inconnu du public contrairement à son chat,  se fait arrêter en pleine création artistique à Orléans ; sa condamnation a cet effet positif de la reconnaissance et du soutien du public ; il est reconnu comme artiste à part entière.  En revanche, notre éleveur félin préfère être assimilé aux mouvances pop art ou land art plutôt qu'aux street art ou graffiti.

 

Et il a, comme Miss Tic, eu son film "Chat perché" (présenté au Centre Pompidou) et a des commandes du monde entier.

 

Souriez en ville, on vous sourit !

 

Il ne faut pas confondre graffiteur destructeur et provocateur avec un artiste de rue  qui a des messages à faire passer ou tout simplement qui cherche à mettre un peu de poésie dans le béton, le land art est bien de l'art accessible à tous. 

 

 

Sujet approchant : Miss Tic fait parler les murs

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 05:30

lego-en-ville-copie-3.jpgVoici un street art régressif qui ne peut que réveiller de doux souvenirs d'enfance.

 

Un peu de peinture sur une grisaille urbaine et, comme par magie, l'imagination fertile et naïve d'antan ressurgit et efface les soucis quotidiens.

 

Qu'importe que ce soit du marketing ou non, l'effet émotion reste le même !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 06:30

Miss-Tic--je-joue-oui.jpgCette plasticienne, parisienne née en 1956, spécialisée en pochoirs de rue croit en l'éternel féminin et le tague, haut et fort, en noir et blanc sur les murs de la capitale.  Ce déferlement de graffitis d'héroïnes sexy navigue entre poésie, provocation et plus rarement messages politiques.

Ses pochoirs de rue souvent ont été effacés à ses débuts dans les années 90 et continuent de l'être, mais bien moins puisqu'elle est devenue une figure reconnue du monde artistique et désormais est exposée dans les grandes galeries de la ville. 

La Girl Power artistique résiste, merci Miss Tic !

Certaines grandes marques ont fait appel à elle comme Vuitton et Longchamp, même Claude Chabrol lui a demandé de faire l'affiche de son film  Une femme coupée en deux.

Durant la dernière campagne présidentielle, elle s'est amusée à faire la sienne Miss Tic Présidente.

Son fan club propose une "carte d'infidélité gratuite" pour recevoir toutes les manifestations évènementielles la concernant, c'est dire l'entichement qu'elle génère. 

Passer de l'éphémère à la consécration démontre que talent, persévérance et pugnacité payent !

Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 07:15

... ou comment manipuler la signalisation routière au sol avec poésie et humour.

Voici un Street Art différent de ce que j'ai pu vous présenter jusqu'à présent, il s'agit ici d'un détournement d'éléments existants sans pour autant leur enlever leur fonction première qui est la sécurité, un art signalétique en somme.

Peter Gibson, véritable patronyme du pseudo Roadsworth, canadien vivant à Montréal, troubadour graphique de rue ou grapheur scénographe s'est fait plusieurs fois arrêté pour dommage au mobilier urbain sous le prétexte que si tout le monde s'amusait ainsi à "polluer" la ville, le chaos régnerait.  Et détail amusant, ce sont justement ces arrestations qui l'ont fait connaître, car ses oeuvres subtiles éparpillées dans la ville, qui simplement font appel à la curiosité,  véritable clin d’oeil subtil, ne sont pas signées. 

Personnellement j'estime que ces oeuvres ne dégradent en rien le patrimoine de la ville, bien au contraire.  C'est un art éphémère (la peinture s'efface), mais non spontané, il est réfléchit et s'intègre parfaitement, je trouve même qu'il attire l'oeil du conducteur, ce qui casse la monotonie de la conduite.  Cela pousse au respect, la ville devrait même collaborer avec lui, pour égayer les routes, elle en tirerait une curiosité touristique supplémentaire avec une véritable identité urbaine intéressante, et il semblerait que ce soit désormais chose faite.

Ce genre d'art s'intègre bien mieux que des pubs défigurant les immeubles, les affiches illicites ou des graffitis aléatoires provocateurs (qui sont souvent que des écrits égocentristes et non altruistes).

Un film a même été tourné sur son combat graphique.


Dans le même esprit, à lire : L'art de rue en trompe-l'oeil, Bansky, graphiteur engagé


Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 06:47

Robin Gunningham, artiste de rue anglais, pose un regard tantôt ironique tantôt cru sur notre époque, associant pochoirs et graffitis pour faire passer des messages généralement antimilitaristes, anticapitalistes ou antisystèmes, mais toujours avec humour et poésie.

Il affectionne les rats, les singes, les policiers, les militaires, les enfants et les repositionne, avec une musicalité visuelle moderne, dans des scènes quotidiennes imaginaires jubilatoires.

Le StreetArt dérange surtout certaines communes, mais il a tout autant sa place dans les musées que les "classiques", et c'est désormais chose faite. 

Dans la rue, levez le nez et observez autour de vous, vous verrez des petits bijoux sur les murs !


Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

Partager cet article

Repost 0
Published by Heyoka - dans Street Art
commenter cet article

Une plume dans le vent...

 

lobo-com-de-presse1.2

Contact

 

Protected by Copyscape Web Plagiarism Tool

  
 

Mes lecteurs dans le monde


Locations of visitors to this page